Descendre sur le terrain et prendre de la hauteur

Le Groupe MR Sénat continue d’élaguer le terrain en vue d’une future demande de rapport d’information sur le thème de l’Energie. Vendredi dernier, c’est à l’éolien et au photovoltaïque qu’il s’est particulièrement intéressé.

Deux bons mois après une fructueuse visite de la centrale d’accumulation par pompage de Coo-Trois-Ponts, le Groupe MR du Sénat s’est, cette fois, intéressé à la thématique de l’éolien en Wallonie et en Belgique : le vendredi 28 juillet, ils sont six à avoir rallié le village de Grand-Leez (Gembloux) le parc de Perwez pour s’informer posément sur le sujet : le chef de groupe Jean-Paul Wahl, Valérie De Bue, Olivier Destrebecq, Alexander Miesen, Yves Evrard et Alain Destexhe.

Tout a débuté pour eux au siège de la société Eneco Wind, à Grand-Leez. Là, ils ont eu droit à une foule d’informations de Miguel de Schaetzen (Eneco) et de Fawaz Al Bitar (Edora). Le premier nommé a notamment tordu le cou à certain canards qui circulent régulièrement, comme la dépréciation immobilière (aucun impact n’a jamais été démontré), le CO2 nécessaire à construire une éolienne (en six mois d’exploitation, celui-ci est compensé)…

Quant au second nommé, il a rappelé la croissance du secteur, bien que les dernières années, celle-ci se soit fortement ralentie. L’éolien reste cependant générateur d’emplois locaux : plus de 6.200 personnes employées (in)directement. Le conseiller d’Edora a par ailleurs souligné les incohérences entre la politique énergétique wallonne et celle de l’aménagement du territoire, rappelant en même temps les attentes du secteur, qu’il s’agisse de la sécurisation juridique, de la libération de contraintes, de la fin de la rage taxatoire…

Une partie académique qui a débouché sur une sortie plus aérienne : tout ce petit monde s’est en effet dirigé vers le parc éolien de Perwez. Là, ils sont trois à avoir enfilé harnais de sécurité pour monter en haut d’une des turbines : Valérie De Bue, Alain Destexhe et Yves Evrard. Une expérience dont les intéressés n’ont pu que se réjouir. Les autres Sénateurs ont, quant à eux, eu tout le loisir d’approfondir les questions techniques en restant sur le plancher des vaches.

Une journée qui s’est poursuivie à quelques centaines de mètres de là, au sein de la société Derbigum. Le temps d’une présentation des activités de cette entreprise créée par le grand-père de Francis Blake, l’actuel administrateur-délégué, et les Sénateurs pouvaient se pencher sur la question du photovoltaïque.

C’est qu’en spécialiste du revêtement de toiture, Derbigum s’est aussi lancé dans l’aventure du PV. D’abord en proposant des produits suffisamment solides pour pouvoir supporter des panneaux solaires. Ensuite en prenant une part active dans le projet européen PV Gum. Deux dossiers qui ont toutefois souffert des réalités du marché et de la faillite d’un partenaire.

Un exposé et une séance de questions-réponses qui ont débouché sur une intéressante visite d’installations où, chacun s’en souvient, un violent incendie s’est produit le 8 juillet dernier, réduisant à néant une partie des stocks de Derbigum mais heureusement pas les bâtiments dévolus à la fabrication des divers produits.

Pour rappel, l’idée sous-jacente des Sénateurs MR est d’in fine pouvoir introduire une demande de rapport d’information sur le thème de l’Energie. En cas d’acceptation, le Sénat pourrait alors étudier en toute quiétude et loin d’une éventuelle urgence, un sujet transversal par excellence, qui concerne tant le fédéral que les Régions. A suivre, donc.