La qualité de l’air, un enjeu de santé publique !

Le rapport d’information du Sénat a été adopté ce vendredi en séance plénière. Gilles Mouyard s’est chargé de rappeler la position volontariste du MR en la matière.

« Un travail long et intense. » C’est ainsi que Gilles Mouyard a qualifié l’élaboration du rapport d’information que le Sénat a consacré à l’amélioration de la qualité de l’air et qui a été adopté ce vendredi en séance plénière.
« Il s’agit bel et bien d’un enjeu de santé publique !, a commencé le Sénateur de Fosses-la-Ville. Il faut donc agir en misant à la fois sur les avancées technologiques et les incitants fiscaux ou réglementaires permettant aux citoyens de modifier leurs comportements de manière positive. »

C’est en suivant ce leitmotiv que les Réformateurs ont, en commission, proposé moult recommandations qui ont in fine été intégrées au rapport d’information. Quelques exemples ?

– Lever les obstacles réglementaires pour les nouveaux acteurs privés de la mobilité douce qui désrireraient proposer des services innovants aux citoyens (vélos ou scooters partagés, par exemple).

– Encourager le partage de véhicules et le covoiturage via l’aménagement de parkings dédiés.

– Augmenter le nombre de places de parking de délestage dans ou aux abords des grandes localités.

– Promouvoir les projets qui concourent à l’émergence progressive des smart cities.

– Promouvoir par voie fiscale des voitures plus petites et plus écologiques pour les citoyens et les ménages qui y trouvent leur compte.

– Mettre en place des instruments de mesure des taux de polluants dans les endroits sensibles (en se concentrant sur les particules ultrafines et les nouveaux polluants).

– Mettre en place des systèmes de vitesse variable permettant de moduler le trafic lors des pics de pollution.

– Ou encore encourager, via une prime à l’achat ou une déduction fiscale, le remplacement des poêles à bois les plus anciens tout en assurant une information complète à l’achat sur les techniques d’allumage et l’usage des poêles permettant de minimiser les émissions de particules fines.

Et Gilles Mouyard de revenir sur la visite organisée dernièrement par les Sénateurs MR au sein de COPO, une entreprise hélécinoise produisant des briquettes de bois aux avantages manifestes en termes d’économie et de santé publique.

Une journée qui avait débouché sur quelques enseignements majeurs comme la nécessité d’encourager et soutenir le parc des appareils de chauffage au bois, la plupart d’entre eux étant vieux, moins performants… et émettant davantage de particules fines.

Le Sénateur MR a également profité de son passage à la tribune pour souligner que, oui, la qualité de l’air s’améliore en Belgique. « Nous nous débarrassons de vieux polluants, nos véhicules polluent moins… mais nous nous rendons compte que l’utilisation et l’augmentation du poids des véhicules réduit les avantages tirés de l’amélioration des performances de moteurs », a-t-il déclaré.

L’idéal ? Travailler avec une vision interfédérale, basée sur la multimodalité, la mise en place d’axes structurants, le partage… ou encore le développement de voitures intelligentes et autonomes. « Améliorer la mobilité dans cette voie, c’est améliorer considérablement la qualité de l’air en se mettant pour objectif le respect des standards les plus élevés », a complété Gilles Mouyard.

Et ce dernier d’assurer que les propositions du Groupe MR qui font aujourd’hui partie du rapport d’information du Sénat seraient défendues dans les divers parlements du pays où siègent les Réformateurs, tout en invitant les gouvernements à prendre le smesures positives adéquates dans la réalisation de cet objectif commun.