Le traitement du lipoedème par liposuccion

Le Sénateur Alexander Miesen a questionné la ministre De Block sur ce sujet de santé publique – le traitement du lipoedème par liposuccion – afin de savoir s’il pourrait à terme être reconnu et remboursé en Belgique.

Affectant (à divers degrés) 11% de la population féminine, le lipoedème se retrouve au coeur de la question écrite qu’Alexander Miesen vient d’envoyer à Maggie De Block (Open VLD), la ministre fédérale des Affaires sociales, de la Santé publique, de l’Asile et de la Migration.

Le Sénateur germanophone y pointe les difficultés de lutter contre ce « trouble de la distribution de la graisse lipoedémique, particulièrement visible dans les cuisses, les jambes et les bras, et qui survient à différents stades ».

Fardeau physique et psychologique grave pour les patients, le lipoedème peut actuellement être traité par un drainage lymphatique manuel conjugué au port de bas de contention. Il s’agit là de la seule méthode reconnue par les caisses d’assurance maladie en Belgique.

Oui mais voilà, comme le souligne Alexander Miesen, « malgré ces traitements, les patients signalent des douleurs lancinantes dans les membres ». Et le Sénateur d’ajouter que « ces mesures ne combattent pas la cause mais seulement les symptômes ».

Il existe cependant un moyen de lutter contre le lipoedème : la liposuccion. Mais cette forme de thérapie n’est pas reconnue et encore moins remboursée par les caisses d’assurance maladie belge. Une réalité dont souffrent quotidiennement de nombreuses femmes en Communauté germanophone et ailleurs. Cela alors que de l’autre côté de la frontière, en Allemagne, le ministre fédéral de la Santé Jens Spahn a annoncé au début de l’année 2019 qu’il souhaitait faire de la liposuccion une prestation d’assurance maladie.

« Permettez-moi donc de vous poser la question suivante, conclut Alexander Miesen. Y a-t-il également un effort de votre part pour reconnaître la liposuccion comme une forme de thérapie pour les patients atteints de lipoedème ? »