La désinformation au temps du Covid-19

De nombreux individus et groupements ont profité de la crise sanitaire pour répandre de fausses informations sur la Toile, notamment via les réseaux sociaux. Le sénateur Gaëtan Van Goidsenhoven s’est inquiété de cette problématique via une question écrite au ministre de l’Intérieur.

C’était le 21 avril dernier. A l’issue d’un travail collaboratif, la Sûreté de l’Etat et le Service général du renseignement et de la sécurité publiaient un rapport mettant en exergue le danger caché derrière la crise du Covid-19 concernant la sûreté de l’Etat. Était notamment ciblée, l’augmentation sensible des campagnes de désinformation sur l’Internet.

« Ce rapport indiquait que la crise liée au coronavirus a encouragé de nombreux groupements, étrangers ou non, à mettre en place des campagnes de désinformation dans le but d’opposer différents groupes de notre population pour, à terme, déstabiliser les milieux médicaux et de pouvoir, a relevé le Sénateur et chef de groupe MR Gaëtan Van Goidsenhoven. Le même phénomène avait également été mis en avant lors de plusieurs campagnes électorales à travers le monde. Il était indéniable que les incertitudes dues à la crise sanitaire avaient encouragé ces groupements à accroître leurs pratiques. »

Le document livre plusieurs illustrations de ce qu’il avance, pointant principalement des actions de mouvements d’extrême droite et d’autres d’extrême gauche. « Il peut être fait mention de l’appel du 8 avril 2020 du site web anarchiste de gauche Indymedia Bruxsel qui incitait à profiter de la crise pour s’attaquer violemment aux forces de police, aux forces pénitentiaires ainsi qu’aux organisations de télécommunication, note le Sénateur anderlechtois. Il semblerait donc que cette crise sanitaire ait permis d’observer une augmentation considérable de la menace émanant de ces extrêmes. »

Ce n’est pas tout puisque la propagande sur les réseaux sociaux est, elle aussi, en augmentation, qu’elle soit le fait d’individus isolés ou de groupes extrêmes, qu’ils soient belges ou non, martelant l’idée que la crise sanitaire actuelle serait liée à l’immigration et à la mondialisation.
Last but not least, les experts à l’origine du rapport ont également souligné la hausse inquiétante du nombre de campagnes de désinformation en provenance de l’étranger (surtout de la Russie).

De nombreux constats préoccupants qui ont poussé Gaëtan Van Goidsenhoven à formuler cinq interrogations à destination du ministre de la Sécurité et de l’Intérieur Pieter De Crem (CD&V) par le biais d’une question écrite :
1) Disposez-vous de statistiques relatives au nombre de campagnes de désinformation menées depuis le début de la crise du Covid-19?
2) La multiplication des campagnes de désinformation durant la crise sanitaire actuelle du Covid-19 a-t-elle permis d’identifier de nouvelles personnes dans les bases de données de l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (OCAM)? L’organisme a-t-il remarqué une évolution des groupements extrêmes? Si oui, quelle est-elle?
3) Pouvez-vous me présenter les différentes mesures prises récemment afin de lutter contre les campagnes de désinformation durant la crise du Covid-19?
4) Quelles sont les pistes que vous souhaiteriez développer à l’avenir afin de réduire le risque des campagnes de désinformation sur les réseaux sociaux en temps de crise?
5) Des actions particulières ont-elles été récemment menées contre des présupposées campagnes étrangères de désinformation? Si oui, lesquelles?
La réponse du ministre est attendue au plus tard le 9 juillet prochain.

A noter que le Sénat travaille déjà sur la thématique des fake news au travers d’un rapport d’information dont le Groupe MR a d’emblée pointé la pertinence.